Les pénurie de matières plastiques engendrent les premières ruptures chez les transformateurs

Les professionnels de l’emballage plastique communiquent activement pour dénoncer la pénurie en matières plastiques subit par l’Europe depuis Janvier 2015. L’organisation française représentant les entreprises de l’emballage plastique et souple, et ses homologues anglais et allemand feront un nouveau communiqué de presse à ce sujet qui se promet d’être « Bien salé cette fois » car la situation se dégrade.

Sites de production d’emballages fermés

Plusieurs transformateur de matière première ont fermé des lignes de production, voir même certains sites suite à la pénurie de polymères de certains grades (polyéthylène et polypropylène). « Et cela touche indépendamment les petits comme les gros fournisseurs » a expliqué Serge Vassal, représentant des entreprises de l’emballage plastique et souple, « C’est une crise inédite. Sur les 12 fabricants de polyéthylène que compte l’Europe, neuf ont invoqué des cas de force majeure. » En 3 semaines, 38 cas de force majeure ont été déclarés (chaudière en maintenance, ou autre) Difficile à croire pour les transformateurs… Pour eux, les fabricants de polymères organisent probablement la pénurie afin de faire remonter des cours qui ont chuté en 2014. Elipso a publié les prix moyens observés en Europe de l’Ouest en mai 2015 :

  • Polystyrène cristal (PS) : 1 888 € la tonne (+ 33 % de janvier à mai 2015)
  • Polypropylène homo injection (PP) : 1 580 € la tonne (+ 33,5 % )
  • Polypropylène copolymère (PP) : 1 627 € la tonne (+ 29 % )
  • Polyéthylène téréphtalate (PET) : 1 360 € la tonne (+ 30 % )
  • Polyéthylène basse densité (PEBD) : 1 646 € la tonne (+ 33% )
  • Polyéthylène haute densité soufflage (PEHD soufflage) : 1 628 € la tonne (+ 37%)
  • Polyéthylène haute densité injection (PEHD injection) : 1 633 € la tonne (+ 37%)
  • Polyéthylène haute densité film (PEHD film) : 1 631 € (+ 33%)

« Ces hausses de prix sont déconnectées de la seule inflation du baril de pétrole », déplore Françoise Andres. De tels cours aideront certainement les producteurs de polymères à résoudre leurs cas de force majeure… Mais personne ne sait quand cette pénurie cessera ni combien de temps les fabricant d’emballages plastique les plus fragiles tiendront.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE